Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 05:00

A nouveau : prenons date

A nouveau, parce que j’ai déjà posté un article le 20/09/2012 : ‘Prenons date’ qui avait été suivi par l’article du 02/11/2012, dans lequel je soulignai : « Bref aucune opération de mesure physique ne peut être instantanée, elle implique obligatoirement une durée. » Cette affirmation est totalement corrélée à mon hypothèse : TpS, point aveugle de l’intelligence humaine, et donc les lois de la physique que nous concevons et confirmons implique que leur observation se situe sur une durée supérieure à TpS. Les lois de la physique qui mettent en jeu des durées au deçà de la valeur de TpS ne sont pas accessible à notre entendement et encore moins celles qui seraient de l’ordre de l’instantanéité. Selon mon point de vue ceci expliquerait pourquoi la problématique de l’intrication nous semble encore mystérieuse. Cela n’est pas le propos principal de l’article actuel mais celui du constat que les lois qui font sens pour nous aujourd’hui sont celles qui sont ‘franchement’ en dehors de l’instantanéité bien qu’il fût cru jusqu’à présent exactement le contraire.

            L’article du 7/11/2016 dans phys.org : « Des scientifiques présentent les mesures actuelles les plus précises de saut quantique. » Dans cet article on peut lire la phrase qui corrobore mon hypothèse : « Habituellement, ces processus étaient pensés se produisant instantanément (sic), d’un moment à l’autre. »

            Je joins l’article original en copié collé à la fin de celui-ci, toutefois je veux mettre en exergue ses éléments significatifs. « L’expérience consiste à utiliser un faisceau laser qui heurte un atome d’hélium. Un des électrons est expulsé de l’atome, l’autre électron peut changer d’état quantique. » ; « Quand un système quantique change d’état, cela s’appelle un saut quantique. Habituellement, ces sauts quantiques sont considérés comme se produisant instantanément. Maintenant, des nouvelles méthodes de mesure de haute précision nous permettent d’étudier l’évolution temporelle de ces sauts quantiques. A l’échelle de l’attoseconde (10-18seconde), la structure de leur durée d’évolution devient perceptible. C’est la mesure d’une durée de saut quantique la plus exacte obtenue aujourd’hui. »

            Il y a quatre ans j’avais proposé ce résultat comme une conséquence de l’hypothèse TpS, et cet article conforte le bien fondé de celle-ci, toutefois je ne peux pas tirer la conclusion que mon hypothèse est définitivement prouvée. Une conclusion pourra être statuée lorsque nous constaterons un processus par lequel l’intelligence humaine devient aveugle. Détecter un processus est essentiel car expliquer comme je le propose : que la propriété de l’intrication est pour nous inexplicable parce que l’intrication entre deux objets se réalise en une durée < TpS n’est pas probant car d’autres commentaires sont actuellement toujours possibles et ils ne manquent pas. On pourrait conjecturer que le Black-Out rencontré avec le run de 2016 au LHC, soit un révélateur car on peut supposer que le domaine d’énergie mis en jeu cette année, pour la première fois, conduise à la production d’événements dont leur durée de vie soient extrêmement courts et conséquemment n’étant pas préparé à cette éventualité, les physiciens n’ayant pas placé a priori leur pensée à la confrontation à cette situation, c’est un énorme sentiment de frustration qui s’est imposé.

            Pour ma part, en ce qui concerne le phénomène de l’intrication, je reconnais que ma proposition d’expérience ré-évoquée à la fin de l’article du 5/10/216 : ‘NOW’ est difficile à réaliser.  De même prendre appui sur la conjecture de L. Susskind et J. Maldacena : ER = EPR ne permet pas actuellement de faire jaillir une démonstration qui prouverait la validité de mon hypothèse.

            Mon estimation de TpS est de l’ordre de 10-25s au maximum. Disons que la difficulté de découvrir le boson de Higgs, entre autres, provient de sa durée de vie très courte, peut-être 10-22s, donc laissant une trace dans le détecteur très courte. Dans le détecteur Ligo, la fluctuation minimale de distance entre les miroirs à laquelle l’appareil est encore sensible est de 10-18m. En dessous de cette valeur l’appareil est muet pour l’observateur. Pour un photon 10-18m est parcouru en 3×10-27s.

Copie de l’article original :

Scientists present the most accurate time measurements of quantum jumps to date

November 7, 2016

A laser pulse hits a helium atom. One of the electron is ripped out of the atom, the other electron may change its quantum state.

When a quantum system changes its state, this is called a quantum jump. Usually, these quantum jumps are considered to be instantaneous. Now, new methods for high-precision measurements allow us to study the time evolution of these quantum jumps. On a time scale of attoseconds, there time structure becomes visible. It is he most accurate time measurement of quantum jumps to date.

Quantum particles can change their state very quickly—this is called a "quantum jump". An atom, for example, can absorb a photon, thereby changing into a state of higher energy. Usually, these processes are thought to happen instantaneously, from one moment to the next. However, with new methods, developed at TU Wien (Vienna), it is now possible to study the time structure of such extremely fast state changes. Much like an electron microscope allows us to take a look at tiny structures which are too small to be seen with the naked eye, ultrashort laser pulses allow us to analyse temporal structures which used to be inaccessible.

The theoretical part of the project was done by Prof. Joachim Burgdörfer's team at TU Wien (Vienna), which also developed the initial idea for the experiment. The experiment was performed at the Max-Planck-Institute for Quantum Optics in Garching (Germany). The results have now been published in the journal Nature Physics.

The Most Accurate Time Measurement of Quantum Jumps

A neutral helium atom has two electrons. When it is hit by a high energy laser pulse, it can be ionized: one of the electrons is ripped out of the atom and departs from it. This process occurs on a time scale of attoseconds - one attosecond is a billionth of a billionth of a second.

"One could imagine that the other electron, which stays in the atom, does not really play an important part in this process—but that's not true", says Renate Pazourek (TU Wien). The two electrons are correlated, they are closely connected by the laws of quantum physics, they cannot be seen as independent particles. "When one electron is removed from the atom, some of the laser energy can be transferred to the second electron. It remains in the atom, but it is lifted up to a state of higher energy", says Stefan Nagele (TU Wien).

Therefore, it is possible to distinguish between two different ionization processes: one, in which the remaining electron gains additional energy and one, in which it remains in a state of minimal energy. Using a sophisticated experimental setup, it was possible to show that the duration of these two processes is not exactly the same.

"When the remaining electron jumps to an excited state, the photo ionization process is slightly faster - by about five attoseconds", says Stefan Nagele. It is remarkable how well the experimental results agree with theoretical calculations and large-scale computer simulations carried out at the Vienna Scientific Cluster, Austria's largest supercomputer: "The precision of the experiment is better than one attosecond. This is the most accurate time measurement of a quantum jump to date", says Renate Pazourek.

Controlling Attoseconds

The experiment provides new insights into the physics of ultrashort time scales. Effects, which a few decades ago were still considered "instantaneous" can now be seen as temporal developments which can be calculated, measured and even controlled. This does not only help to understand the basic laws of nature, it also brings new possibilities of manipulating matter on a quantum scale.

Read more at:
http://phys.org/news/2016-11-scientists-accurate-quantum-date.html#jCp

Partager cet article

Repost 0
Published by mc2est-cesuffisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mc2est-cesuffisant
  • Le blog de mc2est-cesuffisant
  • : Ce blog propose une réflexion sur les concepts fondamentaux de physique théorique. Le référentiel centrale est anthropocentrique. Il attribue une sacrée responsabilité au sujet pensant dans sa relation avec la nature et ses propriétés physiques. L'homme ne peut être nu de toute contribution lorsqu'il tente de décrypter les propriétés 'objectives' de la nature.
  • Contact

Recherche

Liens