Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 août 2018 6 25 /08 /août /2018 11:34

  Young ; Ball ; Damasio ; Buonomano ; arXiv.

Il est vrai que j’ai souvent traité ce sujet dans de nombreux articles, ce ressassement ne m’est pas personnelle, ce sujet interpelle la communauté scientifique depuis qu’il est expérimentalement posé, et comme en son temps Feynman le disait : « Si nous pouvions comprendre ce qui se passe dans cette expérience trompeusement simple, nous pénétrerions au cœur de la théorie quantique — et peut-être que toutes ses énigmes se dissoudront. »

Cette expérience trompeusement simple est celle des fentes d’Young. Le résultat conséquent à cette expérience c’est que nous ne savons toujours pas si nous pouvons considérer un objet quantique comme une onde et une particule ou bien considérer comme une onde ou une particule. N. Bohr, un des plus éminents fondateurs de la mécanique quantique a toujours proclamé que c’était le ‘ou’ qui s’imposait puisque l’apparaître particule ou l’apparaître onde dépendait des conditions de l’observation. Ainsi dans l’effet photoélectrique, le photon est (apparaît) granulaire (particule) tandis qu’avec les fentes d’Young si on est ignorant de la trajectoire réelle du photon il est (apparaît) onde. Et il est expérimentalement confirmé lorsque l’observateur connaît la trajectoire suivie de l’objet quantique, quel qu’il soit, l’objet quantique apparaît particule sinon c’est l’apparaître onde qui s’impose.

Ceux qui optent pour le ‘et’ : d’onde et particule, adhèrent à l'idée alternative proposée par David Bohm dans les années 1950. Dans ce cas, les objets quantiques sont à la fois particule et onde, l’onde en quelque sorte « pilotant » la particule à travers l'espace tout en étant sensible aux influences au-delà de l'emplacement de la particule.

Sur le site de ‘Nature’, le 9 Août, un article de Philip Ball réactive la problématique toujours actuelle de l’impossibilité de trancher entre le ‘et’ et le ‘ou’ avec ce titre explicite : ‘Deux fentes, l’enfer d'une énigme quantique’ à l’occasion de la publication du livre d’Anil Ananthaswamy : ‘Through Two Doors at Once’ ; ‘A Travers deux Portes à la Fois’. Ph. Ball réactive mais prend en compte les résultats expérimentaux très récents qui apportent des éléments nouveaux que j’ai déjà présentés dans l’article du 05/08/2017 et premièrement le 03/07/2017 : « Comment la ruse quantique peut brouiller cause et effet[1] ». Dans cet article, les auteurs nous disent en conclusion : « Nous réalisons maintenant qu’en physique quantique, ce n’est pas exactement ce que vous faites qui compte, mais ce que vous savez (sic) »

A ce niveau du développement de notre raisonnement, je propose de citer directement des extraits de l’article Ball : « Dans certaines versions, la nature semble magiquement discerner nos intentions avant de les promulguer — ou peut-être rétroactivement pour modifier le passé. Dans d'autres, le résultat semble dépendre de ce que nous savons, pas de ce que nous faisons. Dans d'autres encore, nous pouvons déduire quelque chose d'un système sans le regarder. Dans l'ensemble, l'expérience à double fente semble, à nouveau emprunter à Feynman le mot : "Tordu".

A propos de cette affirmation troublante : « le résultat semble dépendre de ce que nous savons », qui est le fruit du résultat d’une expérience solide réalisée par une équipe de chercheurs à Vienne qui m’avait convaincu, quelques jours après je l’avais évoqué avec un éminent scientifique étranger, d’un laboratoire concurrent qui m’avait répliqué : « Cela n’a aucun intérêt, c’est de la com ! ».  Evidemment, je suis resté coi. Je suis extrêmement satisfait de retrouver sous le plume de Ph. Ball l’expression de la valeur de cette remarquable nouveauté qui implique un rôle éminent de l’observateur, car c’est au cœur de ma conception de la physique. Pour de nombreux physiciens ce résultat est troublant, il est totalement à contrecourant de leurs convictions, des fondements de la physique moderne depuis Galilée.

Après cet aparté, je poursuis la citation de Ph. Ball : « Tu peux t'y habituer (puisque cela fait plus d’un siècle que l’on connaît ce résultat). Ce qui est étrange, c'est que le schéma d'interférence reste — accumulant sur de nombreux impacts de particules — même si les particules passent à travers les fentes les unes après les autres. Les particules semblent interférer avec elles-mêmes (sic). Plus étrange, le motif disparaît si nous utilisons un détecteur pour savoir quelle fente la particule emprunte : on retrouve alors un résultat spécifique à celui d’une particule, sans aucune spécificité ondulatoire. Plus étrange que tout, cela reste vrai si nous retardons la mesure jusqu'à ce que la particule ait traversé les fentes (mais avant qu'elle ne frappe l'écran). Et si nous faisons la mesure, puis si nous supprimons le résultat sans le regarder, les interférences réapparaissent. Ce n'est pas l'acte physique de la mesure qui semble faire la différence, mais l’"acte de le remarquer", comme le physicien Carl von Weizsäcker (qui a travaillé en étroite collaboration avec le pionnier de la mécanique quantique Werner Heisenberg) l’a indiqué en 1941.

Ananthaswamy explique que c'est ce qui est si étrange à propos de la mécanique quantique : il peut sembler impossible d'éliminer un rôle décisif de notre intervention consciente dans le résultat des expériences. Ce fait conduit le physicien Eugene Wigner à supposer qu’à un moment donné l'esprit lui-même provoque la « réduction » qui transforme une onde en une particule. »

A juste raison, Ph. Ball précise que si on arrive fondamentalement à décrypter les raisons qui font que l’observateur voit un apparaître ondulatoire ou un apparaître particule (grain d’énergie) selon les instruments d’observation exploités, alors d’autres énigmes de la mécanique quantique seront simultanément résolues. Citons, entre autres : l’intrication, le rôle de la décohérence dans l’émergence de la physique classique à partir des phénomènes quantiques, etc... Ball annonce aussi les nombreux ouvrages publiés et qui vont être publiés d’ici la fin de l’année, entre autres Adam Becker (2018) : ‘What is Real ?’, Jean Bricmont (2017) ‘Quantum Sense and Nonsense’, puis celui à venir de Sean Carroll, et le sien propre (2018) ‘Beyond Weird’.

Puisque cette énigme est posée depuis maintenant un siècle, avec l’événement de la mécanique quantique, cela signifie que les physiciens refusent d’aller puiser plus profondément dans l’arsenal des critères à partir desquels ils commentent et justifient les fondements de leurs résultats. Le premier de ces critères et qui est à leurs yeux intangible, c’est l’objectivité c’est-à-dire la non dépendance de l’observateur. Or la mécanique quantique suggère que l’observateur a une influence sur le résultat comme le rappelle Ph. Ball, en citant des commentaires historiques de certains physiciens. Or accepter un rôle quel qu’il soit à l’observateur qui influencerait le résultat scientifique conduirait à un effondrement de la croyance première de la place de la science physique parmi les autres sciences et conduirait à un chamboulement épistémologique (de type copernicien mais à l’envers) qui est toujours considéré comme inacceptable. C’est pourquoi la conclusion de l’expérience qui conduit à affirmer : « Nous réalisons maintenant qu’en physique quantique, ce n’est pas exactement ce que vous faites qui compte, mais ce que vous savez » est, comme j’ai pu directement l’entendre, maltraitée et d’une certaine façon glissée sous le tapis. Pour moi ce type de résultat était évidemment attendu.

Je viens de lire un livre d’Antonio Damasio : ‘l’Ordre étrange des choses’ : ‘La vie, les sentiments et le fabrique de la culture’ (édit : Odile Jacob : 2017). L’auteur tente, avec ce livre, de rendre compte la dynamique première qui est à la source de la vie la plus élémentaire jusqu’à la plus complexe des humains. Je cite :

P. 238 : « Dans les premiers chapitres du livre, j’ai expliqué que plusieurs aspects importants des réponses culturelles humaines ont été préfigurés par les comportements d’organismes moins complexes… Ils (les comportements sociaux) sont le produit de l’adaptation (naturelle et néanmoins extraordinaire) du processus vital aux injonctions de l’impératif homéostatique, défenseur aveugle des comportements individuels et sociaux les plus avantageux. Mon interprétation des origines biologiques de l’esprit humain créateur de culture met en avant le fait que c’est l’homéostasie qui a provoqué l’émergence de stratégies et de dispositifs comportementaux capables d’assurer le maintien et l’épanouissement de la vie chez les organismes simples et complexes, humains compris… P.239 : Dans les organismes constitués plus tard, après l’émergence des systèmes nerveux, l’esprit a pu faire son apparition, avec, en son sein, les sentiments et les images représentant le monde extérieur et ses relations avec l’organisme. Ces images étaient sous-tendues par la subjectivité, la mémoire et la raison ainsi, plus tard, que par le langage verbal et l’intelligence créatrice. Les instruments et les pratiques qui constituent les cultures et les civilisations (au sens traditionnel du terme) ont émergé par la suite. »

Cette citation de l’auteur que je privilégie, permet en partie de comprendre le cheminement de sa thèse. Je ne peux que recommander de lire cet ouvrage. Je prolonge avec quelques autres citations qui, à mon sens, justifieraient que les physiciens aient la curiosité de savoir ce que d’autres champs scientifiques permettent d’infèrer quant à l’émergence de l’intelligence humaine au sein de la nature. Et que cette intelligence se développe au fur et à mesure qu’elle prend le pas sur la nature en l’investissant et en développant son espace de compréhension et partant en accroissant son espace d’autonomie et de maîtrise à l’égard de celle-ci (soumission de celle-ci : était ce que Descartes préconisait avec force). C’est exactement ce que j’entends depuis que j’évoque l’hypothèse de l’être de la nature et l’être dans la nature ainsi que l’évolution de leur rapport. L’accroissement de l’espace de compréhension de l’intelligence humaine sur la nature, n’est-ce pas le propre de la recherche en science physique ? (Voir article du 23/08/2016 : ‘Décrire comment les humains interagissent avec la nature ? Comment ils évoluent grâce à cette interaction ?’[2])

Quelques autres citations du livre de A. Damasio :

P. 44 : « Les systèmes nerveux ont peu à peu activé un processus de cartographie (sic) du monde qui les entourait ; et l’intérieur de l’organisme était le commencement de ce monde alentour. Ce processus a rendu possible l’émergence de l’esprit – et des sentiments au sein de cet esprit. Cette cartographie était fondée sur diverses capacités sensorielles, qui finirent par inclure l’odorat, le goût, le toucher, l’ouïe et la vue. Comme nous l’expliquerons du chapitre IV au chapitre IX, la construction de l’esprit – et notamment des sentiments – a pour fondement les interactions entre le système nerveux et son organisme. La construction de l’esprit n’est pas une tâche réservée au système nerveux : elle est le fruit d’une coopération entre ces derniers et le reste de leur organisme. Il s’agit là d’une rupture avec la vision traditionnelle du cerveau seul créateur de l’esprit. »

P. 339 : « Les points évoqués, nous amènent à un autre aspect important concernant l’émergence de l’esprit, de la perception des émotions et de la conscience – émergence aux étapes étrangement ordonnées. Cet aspect majeur est toutefois subtil et passe aisément inaperçu. Il est lié à l’idée selon laquelle ni les différentes parties du système nerveux, ni le cerveau dans son ensemble ne peuvent créer ou alimenter à eux seuls les phénomènes mentaux… Pour dire les choses simplement, les cerveaux et les corps sont dans le même bain et produisent l’esprit de manière conjointe. Ce nouvel éclairage de la relation « corps cerveau » permet d’aborder d’innombrables questions philosophiques et psychologiques de manière plus constructive. Ce dualisme a la vie dure : il est né à Athènes, a été érigé en principe par Descartes, a résisté aux féroces assauts de Spinoza et a été intensément exploité par les sciences informatiques. Mais son temps est révolu. »

P. 343 : « Une fois prises en compte, ces émergences étrangement ordonnées nous offrent une nouvelle vue d’ensemble, de plus en plus précise. Pendant environ 3,5 milliards d’années, soit la majorité de l’histoire du vivant[3], de nombreuses espèces d’animaux et de plantes ont développé de multiples capacités permettant de détecter et de répondre aux stimuli du monde extérieur. Elles ont manifesté des comportements sociaux intelligents… Elles ne disposaient que des précurseurs de l’esprit, de la perception des émotions, de la pensée et de la conscience – et non de ces facultés en tant que telles.

 Il ne manquait à ces espèces que la capacité d’élaborer des images des objets et des événements réels survenant à l’extérieur et à l’intérieur de l’organisme. Les conditions nécessaires à l’apparition du monde des images et de l’esprit n’ont été réunies qu’environ un demi-milliard d’années plus tard, et l’esprit humain est encore plus récent : son apparition pourrait remonter à 100 000 à 200 000 ans seulement[4]. »

« Force est de constater que nous pouvons désormais parler des caractéristiques et du fonctionnement des organismes vivants et de leur évolution avec une relative certitude (sic), et que nous pouvons nous accorder sur l’âge approximatif de l’univers (environ 13 milliards d’années). Mais nous ne disposons d’aucune interprétation scientifique satisfaisante quant à l’origine et à la finalité de ce même univers ; d’aucune théorie expliquant l’alpha et l’oméga de notre réalité. Ces lacunes ont valeur d’avertissements. Elles nous rappellent que nos découvertes sont bien modestes et bien incertaines. Elles nous montrent, enfin, à quel point notre ouverture d’esprit doit être grande lorsque nous entreprenons d’explorer l’inconnu. »

Il est possible que le lecteur de cet article à ce niveau de la lecture se demande pourquoi j’associe le commentaire de l’article de Ph. Ball avec le travail de A. Damasio. En premier lieu, je veux préciser que l’impératif homéostatique qui est au cœur de la thèse de Damasio rend compte parfaitement de la dynamique du désir de savoir qui ne peut être assouvi car au-delà, il y a toujours quelque chose à comprendre parce qu’une bonne connaissance acquise ne ferme pas une porte mais elle en ouvre une autre voire plusieurs autres à la fois. C’est pourquoi je considère que les physiciens ont tort de croire qu’ils décryptent le monde réel, ils ne décryptent que le monde tel qu’il nous apparaît provisoirement étant donné nos capacités intellectuelles actuelles. Il est provisoirement un monde de vérités stables, celles que le plus grand nombre de physiciens partagent à un moment donné, jusqu’à ce que des vérités nouvelles s’imposent annulant les anciennes ou bien les englobant. Ainsi en sera-t-il de l’histoire de l’hypothèse du Big-Bang. L’histoire de la connaissance de la nature est et sera toujours devant nous c’est pourquoi nous sommes des êtres vivants habités par l’impératif homéostatique ou quelque chose d’équivalent, de toute façon il n’est pas possible d’ignorer la dynamique qui sans cesse nous propulse vers l’avant.

L’association de l’article de Ball et du livre de Damasio est pour moi totalement approprié et cela est explicite à la lecture de l’article du 05/08/2017 : ‘Appel d’offres’. Dans cet article, je propose une expérience qui permettrait de comprendre la raison pour laquelle nous avons un apparaître ondulatoire ou un apparaître particule suivant les conditions expérimentales et l’état de connaissance de l’observateur. Cette expérience je la propose parce que j’ai la conviction que l’espace-temps est un propre de l’homme, il n’est pas donné dans la nature (contrairement à ce que postule L. Smolin) et toute l’histoire du développement de la physique exclut aussi de pouvoir affirmer que le temps n’existe pas (comme l’affirme C. Rovelli) car cela revient à affirmer que les bonnes lois de la nature sont les lois qui annulent la ‘Présence’ du sujet pensant auteur de ces lois.

Damasio nous explique que dès la genèse la plus profonde du vivant un processus de cartographie s’est mis en place, voir citation de la page 44. Dans la genèse du vivant, l’espace joue un rôle vital, il contribue au développement du vivant, il est inscrit comme le temps[5] dans la texture du vivant, l’espace est comme le temps un composant du substrat du vivant, tous deux contribuent à l’installation de l’intelligence humaine. Quand est évoqué l’aptitude à la cartographie c’est bien de l’étendue spatiale dont il est question, concept qui est le même que celui de l’étendue spatiale qui caractérise une structure galactique, le même quand on mesure l’expansion de l’univers.

Antonio Damasio renforce l’hypothèse qui est à la base de mon projet d’expérience : ‘Appel d’offres’. Evidemment j’ai été très déçu que le site arXiv refuse en Août 2017 mon article puisque le modérateur m’a annoncé qu’il était un site pour physicien sérieux (sic). A bon entendeur salut.

 

[1] Dans le Journal Nature, volume 546, pages 590-592

[2] Dans cet article, j’avais indiqué : « A mon avis cette interaction ne peut pas évidemment être décryptée en temps réel, ni pendant des temps courts. C’est en puisant dans la profondeur des temps très longs qui correspondent à des durées significatives d’évolution jusqu’à l’émergence de l’homme moderne que nous pouvons repérer des évolutions de cette interaction avec la Nature »

[3] Hasard intéressant le 20 Août a été publié un article qui a pour titre : « Une échelle du temps pour l’origine et l’évolution de toute la vie sur terre » qui présente une nouvelle étude menée par des scientifiques de l'Université de Bristol qui ont utilisé une combinaison de données génomiques et fossiles pour expliquer l'histoire de la vie sur terre, de son origine à nos jours. Dans Nature Ecology & Evolution (2018). DOI: 10.1038/s41559-018-0644-x

 

[4] Voir article du 05/01/2018 : « Turing or not Turing ». Réfléchir à ce qu’il y a de commun et complémentaire entre les spéculations de ces deux scientifiques et de divergent. Cela justifie mon souhait que l’échange entre les femmes et les hommes de sciences dans des champs différents soit intense. C’est dans les divergences que se trouvent les sources des progrès de compréhensions.

[5] Voir article du 19/07/2017 en référence avec le livre de Buonomano : ‘Time and Brain’

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mc2est-cesuffisant
  • : Ce blog propose une réflexion sur les concepts fondamentaux de physique théorique. Le référentiel centrale est anthropocentrique. Il attribue une sacrée responsabilité au sujet pensant dans sa relation avec la nature et ses propriétés physiques. L'homme ne peut être nu de toute contribution lorsqu'il tente de décrypter les propriétés 'objectives' de la nature.
  • Contact

Recherche

Liens