Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2019 1 29 /07 /juillet /2019 11:47

L’émergence de la complexité en poésie : « Soleils couchants » de P. Verlaine

C’est avec un grand intérêt que j’ai rencontré l’article, ci-dessus nommé, sur le site de ‘Nature’ du 23 juillet. Je présente quelques extraits les plus explicites de l’article de 12 pages et traduits par mes soins. J’apprécie ces tentatives de décloisonnement et sur le sujet traité je les appelle comme j’ai déjà pu le faire dans l’article : ‘Faire alliance avec les linguistes pour avancer’ du 11/07/2012. La coopération des physiciens avec les paléoanthropologues et anthropologues serait aussi à mon avis cause d’avancées significatives.

Abstract.

Ce travail explore l'émergence de la complexité dans la poésie basée sur l'analogie entre la poétique de l'évocation et la physique des systèmes complexes. À cette fin, nous discutons d'abord des concepts clés de la physique des systèmes complexes, tels que l'émergence, l'ouverture et la grande variabilité. Il est alors suggéré qu'un poème puisse être considéré comme un système complexe représentatif. L'émergence de la complexité dans la poésie est encore sondée dans le contexte de la poétique de l'évocation. À titre d'exemple, nous démontrons comment la complexité poétique peut effectivement être réalisée, à travers l'analyse du poème de Verlaine, "Soleils couchants"[1]. De cette façon, nous proposons une convergence remarquable de la poétique et de la physique, donnant des résultats significatifs pour les deux domaines. Du côté de la poétique de l'évocation, sa caractéristique essentielle, les « mystères pertinents » qui donnent lieu à la grande variabilité des interprétations, est vérifiée ; du côté de la physique des systèmes complexes, les concepts de complexité sont validés pour fournir une meilleure compréhension de la littérature ainsi que des phénomènes naturels et sociaux

Introduction

La linguistique moderne a vu le jour au début du XXe siècle, comme de Saussure a déclaré dans « l'étude scientifique de la langue » (de Saussure, 1916, p. 20). De même, la poésie moderne adoptant une telle approche linguistique a commencé avec la poétique structuraliste de Jakobson qui a introduit des méthodes analytiques objectives au milieu du XXe siècle (Jakobson, 1960, p. 350, 1963, p. 210). Au début de cette poétique structuraliste, un texte poétique était considéré comme un système isolé, qui facilitait la poétique structuraliste pour mettre en place une méthodologie scientifique pour l'analyse formelle des textes. Cette perspective est similaire au point de vue de la physique : la matière se compose de composants interagissant les uns avec les autres, au moyen desquels divers phénomènes physiques pourraient être compris.

Par rapport aux approches traditionnelles, l'approche structuraliste a donné rationalité et objectivité à l'étude de la poésie. Cependant, il y a des limites dans cette approche, ne tenant pas dûment compte des aspects sémantiques. De plus, un texte poétique, avec son autonomie surestimée, est isolé du monde qui l'entoure. Si nous comparons cela à l'étude de la vie, cela revient à observer l'organisation structurelle des organes individuels seulement. Le manque d'environnements dans l'étude de la vie devrait se traduire par une compréhension insuffisante et restreinte de la nature des phénomènes de vie, parce que les phénomènes de la vie sont livrés et maintenus essentiellement par des échanges d'informations entre l'organisme vivant et l'environnement.

Ici, la poétique prônant la pensée scientifique rencontre des difficultés. Pour surmonter ces difficultés, il est nécessaire d'attirer l'attention sur la physique des systèmes complexes, qui sont apparus à la fin du XXe siècle Nous montrons en particulier comment les concepts de complexité, c'est-à-dire l'émergence d'une grande variabilité dans un système ouvert de composants en interaction, pourraient fournir un indice sur les fondements scientifiques de la poétique de l'évocation. En outre, la théorie des systèmes complexes en physique ne concerne pas seulement la matière conventionnelle, mais aussi le rôle de l'information pour l'interprétation des phénomènes naturels, y compris la vie ainsi que la société.

En ce sens, nous proposons d'étudier l'émergence de la complexité de la poésie à travers l'analyse du poème de Verlaine, "Soleils couchants" (Verlaine, 1996). Notre analyse du poème est basée sur le principe formel du parallélisme et sur le principe sémantico-cognitif du stéréotypé dans la poétique de l'évocation. L'interaction de ces deux principes rend la représentation plus évocatrice que le poème lui-même.

Ce document se compose de quatre sections. Dans la section « Systèmes complexes et complexité : vie et poésie », les caractéristiques des systèmes complexes en physique sont discutées tandis que la section « Émergence de la complexité dans les « Soleils couchants » de Verlaine est consacrée à l'analyse de la complexité de la poésie réfléchie sur la poétique de l'évocation. L'interprétation des « Soleils couchants » de Verlaine du point de vue de systèmes complexes est également discutée. Enfin, la section « Conclusion » résume et conclut nos principaux résultats.

Systèmes complexes et complexité : vie et poésie.

La théorie des systèmes complexes a été développée pour comprendre divers phénomènes complexes dans la matière, la vie et la société dans les perspectives de la connaissance universelle. La théorie a été établie à l'origine en physique et a étendu son champ d'application aux sciences sociales et humaines ainsi qu'aux arts (Voss et Clark, 1978 ; Morin, 1990 ; Morin et Le Moigne, 1999 ; Rigau et coll., 2008). Dans ce nouveau cadre, nous soutenons que la vie pourrait être mieux comprise en termes d'échange d'informations entre un organisme vivant et l'environnement environnant, plutôt que de simples fonctions biologiques comme on le considère traditionnellement. Dans cette section, nous explorons en détail les analogies étroites entre la vie et la poésie.

En physique, un système complexe est constitué par un système à nombreuses particules affichant la complexité. Bien qu'il n'existe pas de définition précise de la complexité (sinon le système n'est peut-être plus complexe), elle se caractérise généralement par une grande variabilité découlant d'interactions non linéaires entre les composants. Plus précisément, un système complexe est souvent décrit par les trois caractéristiques suivantes : premièrement, un système complexe est un système à particules nombreuses avec un grand nombre de composants. Les interactions non linéaires entre les composants entraînent l'émergence de propriétés collectives irréductibles pour les différentes composantes. Par conséquent, en observant le système complexe dans des vues à grain fin (fine-grained) ou grossier (coarse-grained), on trouve de nouveaux détails et de la diversité présents à chaque niveau et des structures auto-organisées à chaque dimension. Deuxièmement, un système complexe est un système ouvert. En conséquence, un système complexe continue d'échanger de l'énergie et/ou de l'information avec son environnement environnant, et laisse apparaître l'émergence de nouveaux états, tandis qu'un système fermé isolé du monde extérieur doit atteindre un équilibre. Troisièmement, un système complexe implique une grande variabilité à la frontière de l'ordre et du désordre. Cela signifie que le système complexe construit une structure modérément stable entre l'ordre et le désordre, et possède une flexibilité vers de nouvelles possibilités.

Nous soutenons que cette idée pourrait également s'appliquer à l'œuvre littéraire. Les consonnes et les voyelles font une syllabe, et les syllabes font un mot. Dans la consonne et la voyelle, en tant que plus petite unité de langage, le sens et le concept n'existent pas encore ; ils émergent au niveau d'un mot qui est fait d'une combinaison de consonnes et de voyelles. En dépit d'être une création de l'homme, une syllabe est analogue à une cellule qui est formée par des atomes et des molécules et donne lieu au phénomène de la vie. De même, un tissu ou un organe, fait de cellules, peut être comparé à une clause ou une phrase composée de mots. En outre, un organisme, formé à partir de tels tissus et organes, correspond à une œuvre littéraire, qui est construite de phrases. Dans un poème ou un roman créatif, diverses interprétations sont permises en fonction des interactions entre les composantes ; une telle variabilité de l'interprétation correspond à la complexité présente dans un système complexe.

Comme la vie est organisée hiérarchiquement à partir d'atomes, de molécules, de cellules, d'organes, etc., le langage est organisé à partir de phonèmes, de syllabes, de mots, de clauses, de phrases, etc. En outre, la grammaire de la langue régule les relations entre les composantes d'une phrase. Une telle grammaire, comme l'information héritée d'un organisme vivant, est transférée de génération en génération.

En général, le discours poétique se caractérise par deux types d'organisation. Comme tout autre type de discours, il obéit à la grammaire. En outre, contrairement à d'autres types de discours, le discours poétique obéit à un principe formel du parallélisme (aux niveaux métrique, phonologique, morphologique, syntaxique et sémantique). Cette double organisation donne à son tour lieu à une double lecture dans le processus d'interprétation de la poésie. D'une part, la lecture linéaire grammaticale permet la représentation sémantique de la poésie donnée. D'autre part, la lecture non linéaire du principe formel permet son interprétation symbolique, cette fois basée sur le principe sémantico-cognitif du stéréotypé. A ce stade de l'interprétation symbolique, l'information acquise dans le processus d'une vie individuelle, à savoir, les expériences individuelles dans le contexte socioculturel, joue un rôle important.

Émergence de la complexité dans les "Soleils couchants" de Verlaine

Nous analysons maintenant un poème de Verlaine. En particulier, nous examinons comment les caractéristiques des systèmes complexes se manifestent dans le poème, en prêtant attention à l'émergence de la complexité induite par la frustration. Le concept de frustration a d'abord été introduit comme l'expression de « l'attente frustrée » dans la poétique structuraliste, qui se consacre uniquement à l'analyse formelle (Jakobson, 1963). Ici, nous cherchons à étendre le concept de frustration, afin qu'il puisse être appliqué davantage à l'interprétation dans les perspectives de la poétique de l'évocation.

A ce niveau je ne donne que les titres des paragraphes correspondants à l’étude très riche des soleils couchants :

Schéma des rimes dans ‘Soleils couchants’

Conclusion

Dans cette étude, nous avons analysé le poème de Verlaine « Soleils couchants » pour sonder l'émergence de la complexité dans la poésie, basée sur l'analogie entre la poétique de l'évocation et la physique des systèmes complexes.

Pour conclure, nous avons poursuivi une rencontre pionnière de la poétique et de la physique dans la perspective de théories de systèmes complexes, qui est, à notre connaissance, la première tentative d'obtenir des résultats significatifs à la fois dans la poétique et la physique. Du point de vue de la poétique, la caractéristique essentielle de la poétique de l'évocation, qui consiste à attirer l'attention sur les « mystères pertinents » qui donnent lieu à la grande variabilité des interprétations, a été vérifiée dans le cadre théorique de systèmes complexes.

Au nom de la physique, la théorie des systèmes complexes a été appliquée à la poésie au-delà des phénomènes naturels et sociaux, ce qui élargit encore l'horizon des méthodologies physiques. En outre, nos travaux ont élargi le champ de la recherche interdisciplinaire, qui offre éventuellement des possibilités d'études intégrées d'importance dans les sciences et les sciences humaines.

Je tiens à féliciter et remercier In-Ryeong Choi, J.W. Kim et M.Y. Choi pour avoir réalisé ce travail pionnier qui, espérons-le, inspirera d’autres entreprises de cette nature à l’avenir.

 

[1] Soleils couchants

Paul Verlaine

Une aube affaiblie
Verse par les champs
La mélancolie
Des soleils couchants.
La mélancolie
Berce de doux chants
Mon cœur qui s’oublie
Aux soleils couchants.
Et d’étranges rêves,
Comme des soleils
Couchants sur les grèves,
Fantômes vermeils,
Défilent sans trêves,
Défilent, pareils
À de grands soleils
Couchants sur les grèves.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mc2est-cesuffisant
  • : Ce blog propose une réflexion sur les concepts fondamentaux de physique théorique. Le référentiel centrale est anthropocentrique. Il attribue une sacrée responsabilité au sujet pensant dans sa relation avec la nature et ses propriétés physiques. L'homme ne peut être nu de toute contribution lorsqu'il tente de décrypter les propriétés 'objectives' de la nature.
  • Contact

Recherche

Liens