Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:57

Qu’est-ce que la connaissance ? = Connaître les hommes !

 

« Veux-tu savoir ce qu’est la connaissance ? C’est, quand tu sais quelque chose, savoir que tu le sais. Et quand tu ne le sais pas, savoir que tu ne le sais pas. Voilà ce que c’est ‘savoir’ ! » Une autre fois, un disciple voulait savoir ce que c’est que la connaissance. Le Maître répondit : « Connaître les hommes ! »

Le Maître est Confucius (551-479 av J.C.), d’après ‘Les Entretiens’, célèbre ouvrage apocryphe du IIe siècle de notre ère.

J’ai rencontré cette citation en découvrant le livre : ‘Tour du monde des concepts[1]’, dont je conseille évidemment la lecture. Ce livre procède à un sondage en profondeur de neuf mots- concepts (Contrat, Corps, Danse, Etat, Loi, Nature, religion, Société, Vérité), patiemment façonnés en Europe durant des siècles. Il expose comment ces concepts sont entendus dans 9 langues non occidentales (arabe, persan, langues africaines du Burkina Faso et du Gabon, chinois, hindi, japonais, russe, turc.)

Le livre nous indique que pour s’approcher du ‘Connaître les hommes’, il faut connaître leurs différences, qui ne sont pas provisoires, mais irréductibles. Alors que les cosmologistes pensent être au bord de savoir comment a émergé Notre univers, à partir d’un temps origine, qu’ils connaissent le vertige d’atteindre, à partir de là, un savoir complet, unanimement partagé, sur l’origine profonde de Notre univers naturel (bien avant que ne se forment les poussières d’étoiles), depuis un amont absolu, voilà que cet ouvrage nous explique que l’humanité, qui est diversifiée depuis la profondeur du temps de son existence, ne peut pas penser, quoi que ce soit, d’une façon unique. Il nous est dit que les équilibres linguistiques de l’humanité sont les défenses immunitaires des sociétés contre l’écrasement d’une représentation unique d’un monde. La diversité des langues qui représente la diversité des civilisations et partant la diversité intellectuelle de l’humanité, témoigne des modes différenciés de construction du sujet pensant – du sujet immergé dans l’inconscient.

« Il n’existe pas à part des locuteurs une entité « langue », à laquelle ceux-ci viendraient puiser et qui serait comme un réservoir, un « trésor », à l’aune duquel mesurer et évaluer la maîtrise de chacun, pour le vocabulaire et la grammaire… Personne n’a accès à l’ensemble du vocabulaire, il n’existe pas de Trésor, de lexiques, ni d’encyclopédies auxquels se référer. » En conséquence, aucune civilisation, aucune culture, ne peut prétendre, détenir une vérité définitive, quelle qu’elle soit, puisqu’aucune langue ne peut s’approprier de concept définitif, qui illustrerait une représentation d’un savoir indiscutable d’une culture à une autre.

Ce livre nous invite à nous interroger sur la nature et les implications du rapport entre la langue et la pensée dans le contexte moderne. L’exercice philosophique et linguistique qui nous est proposé vise en prenant la mesure de la langue et de ses possibles (sic) une promesse subtile portée à travers les réorganisations continuelles de la substance et de la base de la vie sur Terre et ailleurs.

Pour annoncer le livre suivant, que je souhaite aussi vous recommander et qui nous concerne à tous les titres et évidemment à celui de la chose scientifique, je lis, page 419, « Le langage est un fait humain universel. Jamais les hommes n’ont connu la vie sans la parole et le langage. Et pourtant, il n’a encore jamais existé de langue humaine universelle. »

Le livre en question : « Comment le langage est venu à l’homme » de Jean-Marie Hombert et Gérard Lenclud (chez Fayard, janvier 2014) rend compte de l’état de la connaissance que nous avons sur ce sujet, maintenant. Tous les 10 ans il y a des progrès remarquables qui sont réalisés pour s’approcher de la réponse à ce questionnement. Ces progrès sont favorisés par la rencontre et la confrontation de plusieurs corpus scientifiques qui ont fait leurs preuves que ce soit la neurobiologie, la génétique, l’archéologie, la paléoanthropologie, la linguistique, voire l’éthologie, etc… ainsi que les moyens de l’imagerie cérébrale apportant des contributions souvent décisives.

P.13. Dès l’introduction les auteurs rappellent l’imbrication de la faculté de pensée et de la faculté de langage. Langage et pensée sont absolument inséparables.

P.16 « Les origines de l’homme ou celles de sa conscience sont des problèmes qui n’ont rien à envier à celui des origines du langage. Or force est de constater que ces trois problèmes ne sont pas étrangers entre eux. D’une part le langage fait l’homme, du moins celui que nous sommes puisque longtemps H. sapiens fut un représentant du genre Homo parmi d’autres. D’autre part, la détention du langage présuppose celle de la conscience réflexive, en l’occurrence la capacité à accéder aux pensées qu’il s’agit d’exprimer… »

P.18. « Bref, le développement de la faculté de langage doit être considéré comme un chapitre de l’histoire naturelle de l’homme, donc d’une histoire évolutive… Le langage ce n’est pas tout ou rien. D’où il découle que la pensée et le symbolisme ne le sont pas davantage ; d’où il résulte encore que la culture humaine, c’est-à-dire l’aptitude des hommes de toutes cultures à conférer des significations non naturelles différentes aux entités peuplant leur monde, n’a fait que progressivement son entrée sur terre. » Comme le précisent avec insistance les auteurs, il y a donc là, à l’origine, un ‘Etre de la nature’, et l’histoire évolutive est l’histoire de celui-ci qui deviendra : ‘Etre dans la nature’ sans que ne s’efface les fondements naturels.

Reportons-nous à l’article que j’ai posté le 10/10/2013, au titre plutôt alambiqué : « Comment nous sommes devenus avec/dans le langage ? », je faisais référence à l’article suivant « Le langage et la conception d’outils ont-ils évolué ensemble ? » (In Futura-Sciences le 05/09/2013. Article original de Natalie Uomini et Georges Meyer in ‘Plos One’.) « Il apparaît dans cet article qu’il y aurait une concomitance sérieusement probable entre le début du développement du langage et la capacité à travailler le silex pour fabriquer des outils. Cela remonte à peu près à 1,75 million d’années et à cette époque de l’évolution vers l’Homo sapiens, l’Homo ergaster était le pilier de celle-ci, soit notre ancêtre. » Je vous invite à relire l’article pour vous rappeler comment je m’étais emparé de cette concomitance pour illustrer mon hypothèse des déterminations du sujet pensant. Ceci se trouve être confirmé dans le livre avec des arguments plus riches évidemment, plus documentés, avec des questions encore ouvertes.

En effet page 26, on lit : « Qu’est-ce qui révèle in fine dans un outil, ce témoignage archéologique par excellence, la présence du langage chez son fabricant ? Osons prendre parti dans le débat en cours chez les préhistoriens : moins la planification mentale nécessaire à sa confection, dont il est difficile de faire la preuve, que la convention nécessairement passée entre les hommes particuliers pour que l’outil soit comme ceci et pas comme cela, donc différent de celui confectionné dans d’autres communautés, répondant pourtant au même emploi. Entre 80 000 et 70 000 BP[2], la production d’outils chez les H. sapiens d’Afrique offre cette pièce à conviction, mais ce n’est pas la seule. »

Les auteurs considèrent qu’il est raisonnable de poser que le langage a évolué à partir d’un système de communication animale, propre à des primates et ceci nous plonge dans l’antiquité de l’homme. Il est aussi proposé que l’ancêtre lointain du langage humain soit apparu grâce à l’invention du signal découplé. « C’est-à-dire quand des êtres sont parvenus à communiquer entre eux à propos de choses qu’ils n’avaient pas sous les yeux. A partir de là aurait pu exister des formes intermédiaires de langage, rassemblées sous l’étiquette de protolangage, à savoir un langage incomplètement langage à l’aune du nôtre. »

p.292 « Le passage du Moustérien au Châtelperronien n’est tout de même pas l’équivalent d’une révolution technologique : dès 500 000 ans BP, les tailleurs de pierre du genre Homo anticipent la forme de l’objet à produire, laquelle est donc prédéterminée avant que ne commencent les opérations de débitage. Du moins, telle est l’opinion majoritaire chez les archéologues. » On retrouve ici un triptyque déterminant : langage, taille, anticipation. La conception abstraite de la forme par anticipation implique chez ses Homos une capacité de projection temporelle, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas écrasés par le présent mais à partir de celui-ci, ils sont les fondateurs du temps au-delà du présent, le ‘temps en devenir’, ce qui constitue certainement une spécificité de la condition humaine. Ainsi on peut dire que nous avons des indications solides qui nous informent à propos de ce qui est constitutif de la flèche du temps : Passé, Présent, Futur.

Le chapitre 6, comprend des développements très intéressants, argumentés, à propos de ‘Pensée, culture, langage : les faits institutionnels’, indiquant notamment : « que les linguistes ont mis en évidence les voies par lesquelles, au travers de leur usage de cette institution qu’est leur langue, les hommes sont à l’origine sans le savoir, de leur évolution continue. Les langues changent parce qu’elles s’apprennent. Et cet apprentissage ne prend aucune forme de dressage. Une langue n’entre pas de force dans l’esprit/ cerveau de l’enfant humain, à la façon d’une potion qui lui serait administrée… Les hommes « font » leurs langues sans savoir qu’ils le font…»

Toujours dans le chapitre 6, dans le paragraphe : ‘Outil et langage’, on peut lire : ‘Le critère de la planification mentale’ dont l’idée sous-jacente à l’emploi de ce critère est la suivante : « Dès lors que le tailleur de pierre devait se représenter, face au bloc de matière première, l’objet fini qu’il peut en obtenir et la succession des gestes à opérer pour y parvenir, la confection de l’outil témoignerait chez lui de la présence d’une pensée conceptuelle à l’œuvre dont le déploiement nécessiterait une certaine aptitude au langage…Le tailleur se projette à lui-même le film de ses actions futures telles qu’elles aboutiront à imposer une forme, prévue à l’avance, à un matériau qui ne le prédétermine pas ou peu. Ces représentations sont donc détachées de l’ici et du maintenant à la façon des représentations linguistiques. » 

La lecture de ce livre que je recommande conforte l’idée que j’avais formulée dans l’article du 11/07/2012 : ‘Faire alliance avec les linguistes pour avancer’.



[1] Mars 2014, sous la direction de Pierre Legendre, Fayard.

[2] Before Present. C’est-à-dire avant 1951 par convention.

Partager cet article

Repost 0
Published by mc2est-cesuffisant
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de mc2est-cesuffisant
  • Le blog de mc2est-cesuffisant
  • : Ce blog propose une réflexion sur les concepts fondamentaux de physique théorique. Le référentiel centrale est anthropocentrique. Il attribue une sacrée responsabilité au sujet pensant dans sa relation avec la nature et ses propriétés physiques. L'homme ne peut être nu de toute contribution lorsqu'il tente de décrypter les propriétés 'objectives' de la nature.
  • Contact

Recherche

Liens