Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 17:48

Le titre de ce blog annonce clairement qu'il s'inscrit dans la continuité du résultat expérimental concernant l'hypothèse de la détection de neutrinos supraluminiques.

 

Ce blog s'impose parce qu'il y a le rythme pédagogique qui est un rythme choisi et le rythme qui est scandé par les annonces et les événements, il est évidemment plus aléatoire.

Le rythme pédagogique est celui inhérent à la présentation et au développement du séminaire : 'Faire de la physique avec ou sans 'Présence''.

C'est au cours de l'année 2007-2008 que ce travail a été entrepris et qui consiste pour l'essentiel à revisiter les lois de la physique fondamentale sans exclure la marque, la trace, du sujet pensant, qui tente de décrypter les propriétés de la nature, habité par ses déterminations inexpugnables.

On peut retrouver la totalité de ce travail sur : Google : 53PH3PP6 (documents et liens) (2007-2008), jusqu'à 53PH3PP10 (documents et liens) (2011-2012).

Le rythme scandé par les annonces et les événements expérimentaux sera celui mis en relief dans ce blog. Il y aura donc des périodes d'accélération qui conduiront à des synthèses, à des idées nouvelles ou régénérées voire à des conclusions d'étapes. Il y aura aussi des périodes de décantation.

La pertinence d'ouvrir ce blog s'est imposée à mes yeux avec l'annonce à propos des "Neutrinos supraluminiques?" Cette annonce remarquable mais peut-être provisoire est l'occasion du premier document de réflexion et d'analyse qui prévoyait cette éventualité.  

Synthèse à propos des neutrinos à la lumière de l'hypothèse de 'neutrinos supraluminiques'.

 Comme vous pouvez le constater avec le copié-collé (réf. 53PH3PP10, Chapitre XXIII), je n’ai pas manqué de suivre à la trace les neutrinos ces quatre dernières années. Progressivement je suis arrivé à exprimer l’hypothèse que les neutrinos comme les constituants de la matière noire pourraient ne pas être contraints par la loi de la R.R., E=mc2. De même dans le chapitre XX, dans le paragraphe ‘Pour une autre genèse’, j’ai émis l’hypothèse qui va encore plus loin : « En premier lieu, j’énonce l’idée que : Notre monde premier est celui de la lumière, plus justement celui du rayonnement. Il constitue le fond, dans lequel nous ne pouvons pas nous situer concrètement mais que nous pouvons tangenter, et à partir duquel se décline notre compréhension du monde et la mise en forme de ses propriétés. On ne peut s’y situer mais nous pouvons abstraitement, partiellement, l’investir grâce à nos capacités cérébrales de raisonnement (à développer). Se décline : implique que le rayonnement et ses propriétés soient considérés comme constituant le paradigme absolu. C’est à travers ce rapport primordial que nous identifions ce qui est la matière avec ou sans boson de Higgs. Est-ce que j’ai besoin d’introduire cet écran pour passer du rayonnement à la matière ? »

Question : est-ce que les résultats expérimentaux[1] annoncés le 23/09 concernant la propriété supraluminique des neutrinos apporte de l’eau à mon moulin ? Ma réponse est non pas encore et oui peut-être. En premier lieu gardons à l’esprit que ce résultat, s’il se trouvait confirmé, constituerait un résultat collatéral par rapport à l’hypothèse central de mon référentiel théorique. Collatéral, certes mais significatif et exploitable !

Non pas encore, parce qu’il faut confirmer ce résultat et cela peut demander deux ou trois ans. Enfin, j’ai proposé que E=mc2 ne s’applique pas, ce qui est peut-être équivalent à Vν > C, encore faut-il le montrer. Disons que la conséquence première est le problème de l’appréciation de la détection de ces neutrinos, car les transferts d’énergie et de quantité de mouvement avec le détecteur ne seraient donc pas ce que nous croyons. Par contre dans le copié-collé, vous trouverez que j’ai exprimé une hypothèse encore plus iconoclaste dans le chapitre 13, p.3-4 : « leur géodésique ne se trouve ni à l’intérieur ni à l’extérieur du cône de lumière… »

Oui peut-être, parce que cette hypothèse émerge de la cohérence globale de mon référentiel théorique. Donc si ce résultat expérimental était confirmé cela légitimerait de réviser profondément notre compréhension des propriétés dites matérielles de la nature. En fait les conséquences sont encore plus riches puisque je propose que l’on réfléchisse à l’idée : qu’au bout du compte il y aurait plusieurs catégories de matière. Celle qui est identifiable grâce à mc2 et celles qui seraient identifiables dans le cadre d’autres contraintes, dont les neutrinos, et aussi peut-être les constituants de la ‘matière noire’, et cela laisse aussi la porte ouverte à d’autres types de matière non encore identifiés. Restons pragmatique et point trop n’en faut. Cela va dans le sens du chapitre XXVI que j’ai préparé en juillet et août que j’installerai bientôt sur le site bien qu’imparfait et incomplet où j’indique : « Il me semble qu’on devrait plutôt considérer notre Univers comme enchâssé au sein d’une Eternité[2] où aucun des possibles ne peut être exclu. (Il est délicat d’appeler ces autres possibles : Univers, au même sens que le nôtre car cela supposerait qu’ils seraient habités par des intelligences capables de produire une telle synthèse et que nous les aurions entendues) Parmi tous les possibles nous privilégions celui qui nous est accessible, que l’être humain a rendu intelligible parce qu’il nous correspond. Il est donc le fruit de notre entendement[3]. Il est intéressant de constater que probablement certains de ces autres possibles apparaissent à la pointe du crayon des théoriciens qui tentent d’extraire toute la quintessence des équations de la physique théorique telle qu’elle est développée actuellement. »

Autre conséquence : Le fait de considèrer que nous identifions la matière (celle qui nous est commune) à partir du paradigme absolu de la lumière cela conduit à envisager une possible unification entre source du rayonnement électromagnétique et matériel (commun) au voisinage de C ou à C même. Ce qui impliquerait probablement à ce que mi et mg finissent par se distinguer dans ce voisinage. C'est-à-dire que mi ne serait plus égal à mg, comme l’avait postulé Einstein, à juste raison, dans son référentiel théorique. 

Si nous analysons les conséquences du rayonnement synchrotron, par exemple, on peut considérer qu'il produit le même effet, du point de vue de l'observateur, que celui d'une masse d'inertie. Par exemple la mi de l’électron → l’infini à 7 TeV dans le mouvement circulaire. La contribution de la charge électrique comme composante d’inertie au mouvement devient significative. Ceci est une piste de raisonnement mais il faut tenir compte que cela correspond à un mouvement spécifique (de rotation). Dans le mouvement linéaire, il y aussi radiation, quand il y a accélération pour toutes particules chargées, mais moindre. Il y a donc une situation au très grand voisinage de C où l’inertie due à la radiation peut égaler celle due à mi. Ceci est à creuser. J’ai déjà eu l’occasion (chapitre XXI, p.3) d’exprimer l’idée que charge électrique et charge de masse étaient les deux facettes d’une même entité, avant une sorte de brisure de symétrie qui conduit à les distinguer. A priori le mécanisme de Higgs n’est pas le bon scénario pour rendre compte de cette phénoménologie. Reste en suspens, le problème de la mg.

2 hypothèses doivent être activées : 1- la charge de la masse grave mg est d’une nature et a une valeur distinctes de mi au voisinage de C; 2 – l’interaction gravitationnelle devient évanescente au voisinage de C.

 



[1] Qui en aucun cas ne contredisent les travaux d’Einstein mais les dépassent, c'est-à-dire que nous accédons à un monde plus riche et qui inclut celui mis en évidence par au moins la R.R. « C’est le plus beau sort d’une théorie physique que d’ouvrir la voie à une théorie plus vaste dans laquelle elle continue à vivre comme cas particulier. » dixit Einstein.

[2] Je propose d’attribuer à ce mot le même sens global que celui auquel se référait A. Einstein quand il affirmait que l’être humain était au cœur d’un monde immuable et éternel donc invariant vis-à-vis des points de vue multiples des observateurs.

[3] Pour la Science’ p.21 : « … de sorte que notre Univers ne serait qu’une bulle parmi d’autres au sein d’un cosmos beaucoup plus vaste. Nul ne le sait. Espérons qu’avec le temps, la confusion relative à l’expansion s’amenuisera. »

Partager cet article

Repost 0
Published by mc2est-cesuffisant
commenter cet article

commentaires

mc2est-cesuffisant 07/11/2011 11:17


Je réponds au dernier commentaire de D. Simantov.
C'est au sein de l'Eternité que l'anthropos creuse son Univers. Notre Univers est donc celui qui nous correspond et qui résulte de nos capacités intellectuelles de décryptage (il y en a qui disent
:de nos capacités cognitives...)Effectivement, le paradigme de la lumière est comme la pointe du burin qui oriente nos moyens d'investigation et d'interprétation de cette part d'Eternité qui nous
est accessible. La position des réalistes à propos de la mécanique quantique telle que celle défendue par J. Bell est erronée car ils sont convaincus que les propriétés quantiques sont dans la
nature, alors que nous devons plutôt considérer que ce sont nos capacités de décryptage qui nous conduisent à décrire le monde de l'infiniment petit avec ces propriétés quantiques.
Le Big-Bang est probablement une pure construction de notre esprit. Ce fameux B.-B. sera un jour ou l'autre dépassé tout en sachant que nous aurons toujours besoin d'une origine pour poser une
pensée première à partir de laquelle celle-ci se déploie.
Vous comprenez pourquoi dans mon vocabulaire j'exclue le mot:limite, j'utilise plus volontiers le mot :détermination.


simantov 28/10/2011 16:11


Le chapitre XXVI, le blog et les commentaires de M. Marguin m’ont permis de réfléchir à la différence entre ‘’réalistes’’ comme Einstein et Bell et tenant de l’école de Copenhague comme Bohr et P.
Maulion.
Tous deux considèrent qu’il y a une éternité qui est celle à laquelle se réfère Einstein, c’est à dire que ‘’l’être humain est au cœur d’un monde immuable et éternel donc invariant vis à vis des
points de vue multiples des observateurs’’.

Einstein et les ‘’réalistes’’ pensent que cette éternité est connaissable pour l’être humain grâce aux lois de la physique que les physiciens ont pour tâche de découvrir.

P.Maulion considère que notre univers est comme enchassé au sein de cette éternité ; l’être humain n’a accès qu’à cet univers façonné par le paradigme de la lumière et cet univers le détermine,
c’est à dire le limite; toutes choses lui apparaissent à travers ce paradigme et comme crées par lui car ce paradigme est dans sa res cogitans.


Jean MARGUIN 23/10/2011 09:31


La remarque de D. Simantov évoque chez moi la métaphore très parlante des êtres plats évoluant dans un univers à deux dimensions représenté par la surface d’une sphère. De tels êtres pourraient
observer des faits étranges et des déviations à leurs lois connues, notamment dans les zones de contact avec d’autres mondes sphériques tangents…


Jean MARGUIN 23/10/2011 09:05


Je suis d’accord pour dire qu’avant de remettre en cause les lois fondamentales de la physique et les propriétés connues de la matière, il faut évidemment examiner à fond le protocole expérimental.
A ce propos l’hypothèse a été émise récemment que la vitesse mesurée serait en réalité une vitesse de phase qui, comme on sait, peut dépasser la vitesse de la lumière en toute impunité. Vu les
propriétés connues, non ondulatoires, des neutrinos, ce serait étrange mais qu’en pensez-vous ?


simantov 17/10/2011 13:11


Les neutrinos sont très difficiles (sinon impossibles ) à déceler expérimentalement ou alors ils semblent entrainer des conséquences aberrantes comme le dépassement de la vitesse de la lumière (à
confirmer). La matière noire est impossible à déceler expérimentalement.
On pourrait peut être dire que ces 2 entités, qui collent si mal avec notre physique expérimentale, seraient des éléments de notre res cogitans .
Par ailleurs, il est de plus en plus admis qu’existent d’autres univers que le notre, également enchassés dans l’éternité au sens d’Einstein. Ils dépendraient d’autres paradigmes que celui qui nous
détermine (le photon) et nous seraient donc en principe inaccessibles .
Pourrait on alors émettre l’hypothèse suivante :
Neutrinos et matière noire seraient des éléments d’un autre univers que le notre, dépendant d’un autre paradigme, mais qui ne nous serait pas totalement inaccessible, autrement dit il y aurait une
intersection entre ces deux univers et neutrinos et matière noire seraient des éléments de cette intersection.
Ce qui me conduit à faire cette hypothèse est votre phrase un peu sybilline :
‘’Il est intéressant de constater…. à la pointe du crayon des théoriciens…. développée actuellement’’
D.Simantov 17/10/11


mc2est-cesuffisant 19/10/2011 12:56



En premier lieu, en aucun cas, malgré les résultats encore provisoires sur les neutrinos, nous ne pourrons dire qu'Einstein s'est trompé. Il me semble même que jamais nous n'aurons cette
possibilité car le monde délimité par les Lois de A. Einstein est exact mais il est possible d'envisager un dépassement de ce monde.


Effectivement on peut considérer que les neutrinos et ce qui constituerait la matière noire nous fournissent des indications que pour saisir leurs propriétés, c'est à dire les formuler, il faut
dépasser le cadre des relativités d'Einstein. Si nous accédons à ce dépassement, cela conduira plutôt à étendre notre conception de notre monde-univers et à enrichir notre représentation de
celui-ci. La problèmatique des autre univers sera toujours posée malgré tout, probablement d'une façon différente, peut-être aussi d'une façon moins sibylline.



Présentation

  • : Le blog de mc2est-cesuffisant
  • Le blog de mc2est-cesuffisant
  • : Ce blog propose une réflexion sur les concepts fondamentaux de physique théorique. Le référentiel centrale est anthropocentrique. Il attribue une sacrée responsabilité au sujet pensant dans sa relation avec la nature et ses propriétés physiques. L'homme ne peut être nu de toute contribution lorsqu'il tente de décrypter les propriétés 'objectives' de la nature.
  • Contact

Recherche

Liens